P10Quand nous évoquons quelque chose qui s’est passé avant ta naissance, tu ne conçois pas que tu aies pu ne pas encore exister. C’est bien normal.

Alors, tu nous dis que tu étais là, mais que nous ne te voyions pas, parce que tu marchais derrière nous.

 Finalement, tu as raison. Nos enfants marchent dans nos pas avant même d’exister, et alors que nous ne le savons pas encore.

 Ce que nous avons vécu, ton père et moi, fait ce que nous sommes aujourd’hui. Et ce que nous sommes aujourd’hui fait en partie ce que tu es toi ; le fait même que tu existes, ce qu’est la vie que nous te construisons, et même un peu ce que tu es au fond de toi. Ces choses que nous te racontons font bien indirectement partie de toi, un peu comme si tu y avais assisté avec notre filtre.

 Peut-être même qu’en marchant ainsi derrière nous, tu as rencontré ceux que tu n’as pas connus vivants. En particulier ceux que ton frère aîné a croisés, mais pas toi. Eux aussi nous suivent peut-être, parce qu’ils nous constituent.

Tu leurs souris. Ils te sourient en retour et te prennent par la main pour t’entraîner vers la vie.