16 juillet 2012

Avant toi ...

Quand nous évoquons quelque chose qui s’est passé avant ta naissance, tu ne conçois pas que tu aies pu ne pas encore exister. C’est bien normal. Alors, tu nous dis que tu étais là, mais que nous ne te voyions pas, parce que tu marchais derrière nous.  Finalement, tu as raison. Nos enfants marchent dans nos pas avant même d’exister, et alors que nous ne le savons pas encore.  Ce que nous avons vécu, ton père et moi, fait ce que nous sommes aujourd’hui. Et ce que nous sommes aujourd’hui fait en partie ce que tu es... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2012

Trois ans

 Tu as eu trois ans. Tu étais bien partagée par cet événement. Tu as dit que tu voulais grandir. Tu as dit que tu voulais être petite. Tu as pleuré et refusé de souffler les bougies pour cette raison. Tu as soufflé les bougies.  Nous t’avons dit que tu étais ce que tu voulais être. Que tu étais à la fois grande et petite. Tu as ouvert tes cadeaux. Et maintenant, nous n’en parlons plus.  En ce moment, les mots ne me viennent plus. Peut-être parce que les choses sont plus lentes, changent moins vite, et ce qui demeure a... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2012

Etat des lieux (29)

 C’est les vacances. Comme tes frères, tu as été malade. Tu as horreur que je te peigne. Tu n’aimes pas t’habiller. Tu ne veux pas te moucher. Je l’avoue, ces jours-ci, tu me fais penser aux petits gitans de Grâce et dénuement, dépenaillés et morveux.  A certaines périodes, tu ne te réveilles pas de la nuit, à d’autres tu appelles. Voici quelques jours que tu t’endors sans moi, sans téter, pendant que je suis avec tes frères pour leur coucher. En journée, tu tètes parfois beaucoup, parfois non.  Tu aimes La panthère... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2011

Ecole

 Je pense déjà à la prochaine année scolaire. Ton entrée à l’école.  Aimeras-tu ? Tu es intéressée par l’école ; tu voudrais bien y aller comme tes frères. Je t’explique que tu vas y aller dans quelques temps, avec des enfants que tu connais déjà, pour jouer, écouter des histoires, coller, découper, dessiner, danser, faire du vélo, apprendre plein de choses. Tu es partante. Mais c’est une tromperie. Je te dupe. Ce n’est qu’une toute petite partie de la réalité. Je ne te dis pas tout le reste. Tu ne sais pas du... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2011

Etat des lieux (28)

 Noël est passé, remplissant la maison de jouets éparpillés. Les choses semblent claires pour toi : le Père-Noël n’existe pas. Il est dans les livres, les dessins animés … que nous regardons avec plaisir.  Depuis quelques semaines, tu veux dormir dans le lit du bureau. Ton frère est bien dépité de ne plus t’avoir à côté de lui dans sa chambre ; il aime te regarder dormir. Parfois, tu demandes encore à téter une fois dans la nuit.  Tu es toujours la même tétouilleuse. Tu as bien compris que je n’aime pas que... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2011

Responsable

 Pourquoi ai-je fait des enfants ? Et trois, en plus ?  Parce que j’en avais le désir brûlant au fond de moi. C‘est-à-dire, pour ma satisfaction personnelle. Par égoïsme.  Je suis persuadée que, au fond, si l’on a des enfants, c’est pour avoir quelqu’un qui nous aime totalement et sans condition. Et pour avoir quelqu’un envers qui faire de même. Pour tromper la solitude en sommes, pour se faire croire à soi-même que l’on n’est pas seul. Une illusion. Et ça marche, il faut bien le dire.  Mais voilà, je... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2011

Etat des lieux (27)

  Mots d’enfants : les « cachaliers » sont les escaliers. Les yaourts deviennent des « naroutes ».  La « pateler » est la pâte à modeler. C’est très joli.  Tu dis souvent que tu es une grande fille. C’est vrai. Tu l’es. Et l’école te semble bien séduisante.  Tu aimes dessiner, peindre (surtout avec les pieds), transporter des choses dans tes sacs, faire la ronde, courir, tourner et sauter, le cocholat-lait, les plumes, souffler les graines de pissenlit, les animaux, mélanger du... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 23:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2011

Se séparer (2)

 Je suis beaucoup avec toi. Tu es grande maintenant, et le plus souvent tout semble aller bien pour toi quand je ne suis pas là. Alors je peux partir le cœur léger.  Mais je me souviens de jours où ce ne fut pas le cas, et surtout des matins où je laissais tes frères, pour longtemps. Malgré les pleurs de l’un. Malgré l’eczéma de l’autre qui, j’en suis sûre maintenant, répondait à mes séjours répétés en province.  Pour réussir à partir, il faut se tordre le cœur. L’essorer, et ne pas regarder ce qui coule, surtout ne... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2011

Se retrouver

 Voir ton sourire. Tes yeux, tes cheveux. Aller à ta rencontre alors que tu cours vers moi. T’enlever dans mes bras et éprouver ton poids, ta consistance. Te serrer contre moi, juste un peu. Sentir ton corps s’ajuster contre le mien. Te dire que tu m’as manquée, que je suis contente d’être avec toi, et que je suis bien.
Posté par ubaye à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2011

Se séparer

 Les matins où je travaille. Te réveiller. Se préparer sans traîner. Partir. Avec l’envie d’un câlin encore. En me demandant si tu n’auras pas froid. Si tu n’auras pas faim. Se séparer. Avec la crainte de lire sur ton visage la tristesse ou le refus. Sans savoir si ça ira bien pour toi. Car, finalement, je n’ai pas de moyen de savoir ce qui se passe vraiment pendant ces journées. Avec aussi le sentiment d’un peu de lâcheté ; de toutes façons, si ça ne va pas pour toi, je ne serai pas là pour le voir, ni pour l’éprouver. Je... [Lire la suite]
Posté par ubaye à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]